IL EST MIDI À 14 HEURES!

Banc Public n° 270 , Octobre 2018 , Catherine VAN NYPELSEER



Midi, la moitié du jour (dies en latin), c’est le moment du jour où le soleil atteint son maximum, au plus haut dans le ciel. En été, en Belgique, c'est à… 14 heures!

 

C'est vrai! A cause du décalage de deux heures pendant la période d’heure d’été, le soleil atteint sa hauteur maximale dans le ciel en Belgique aux environs de 14 heures. C’est donc à 14 heures qu’il est midi ! D’où les conseils pour protéger la peau et les yeux du rayonnement trop intense, de s’abriter ou se couvrir entre 12 et 16 heures, traduisez de 10 à 14 heures en heure solaire.

 

L'heure d'été accentue le décalage par rapport à la réalité de la trajectoire du soleil.

Il faut savoir que l'heure d'hiver elle-même est déjà inexacte, elle résulte de l’arrêté du Régent du 9 mars 1945 confirmé le 6 septembre 1945, qui la fixe en décalage d'une heure par rapport à l'heure du méridien de Greenwich, qui est celle que la géographie nous assigne. Nous vivons ainsi à la même heure que l'Allemagne, située à l'est de notre pays, où le soleil se lève donc plus tôt (le soleil se lève à l'est).

 

Cet arrêté exécutait la loi du 29 avril 1892 qui, tout en créant une "heure légale" harmonisée sur tout le territoire belge, permettait au gouvernement de modifier celle-ci. Cette unification de l'heure, qui était auparavant gérée localement en fonction de la position du soleil (qui varie de manière continue selon les coordonnées géographiques du lieu) avait été rendue nécessaire par le développement du chemin de fer et l'établissement d'horaires précis à respecter entre plusieurs lieux reliés.

 

L'arrêté du Régent, peu après la fin de la deuxième guerre mondiale, a remis en vigueur l'heure allemande imposée par l'occupant pendant celle-ci, à laquelle la population belge s'était vraisemblablement habituée.

 

Politique de l'heure

 

En dehors de l'aspect industriel, il y a une histoire politique de l'heure nationale, puisque ce sont les Anglais qui ont adopté en premier l'heure de référence GMT (Greenwich Mean Time) en 1880. La Belgique a suivi, en 1892 donc, mais la France a éprouvé des difficultés à l'adopter parce qu'elle était considérée comme anglaise, et a harmonisé de son côté l'heure à partir de 1891 avec l'heure de Paris comme heure légale, différant de 9 minutes 21 secondes, ceci jusqu'en 1911 où elle se mit à l'heure GMT.

 

En 1914, puis en 1940, l'occupant allemand fait passer la zone occupée de France à l'heure allemande, pour des raisons pratiques; pendant la deuxième guerre mondiale, l'heure en zone française occupée diffère donc d'une heure de l'heure en zone libre, jusqu'à ce que le gouvernement de Vichy décide en 1941 de synchroniser l'heure de la zone libre sur celle des autorités d'occupation.

 

L'heure d'été quant à elle – un décalage d'une heure pendant une moitié de l'année comprenant l'été, pour des raisons d'économies d'énergie – serait une invention de Benjamin Franklin. On verra ci-dessous que c'est inexact.

 

L'heure solaire

 

L’heure légale diffère donc de l’heure véritable, déterminée par la trajectoire quotidienne du soleil dans le ciel, variant selon le lieu géographique et la saison. Le décalage artificiel instauré par l'établissement d'une heure légale intentionnellement décalée est nuisible: elle nous impose un faux temps, qui ne correspond pas à la réalité de ce que nos sens perçoivent. L'heure à laquelle il est midi devrait évidemment être, par définition du terme "midi", celle où le soleil atteint son point le plus haut et son rayonnement le plus intense.

 

Une fois que l'on a pris conscience du décalage, on comprend enfin les conseils bizarres répétés à la radio, par exemple de "se protéger des rayons du soleil entre 12 et 16h".

Il faut traduire : entre 10 et 14h en heure véritable, soit deux heures avant et deux heures après le maximum du rayonnement solaire, ce qui est totalement logique et naturel.

 

Benjamin Franklin

 

Lorsque l'on recherche sur Internet des renseignements sur notre décalage horaire artificiel, on est renvoyé à l'inventeur et homme politique américain du XVIIIe siècle, Benjamin Franklin. En lisant le texte (*) qu'il a publié en 1784, prétendûment à ce sujet, on s'aperçoit que le sympathique autodidacte a bon dos: il n'y est absolument pas question de décaler artificiellement les horloges!

 

Le brave homme, qui séjournait à Paris en tant qu'ambassadeur du nouveau pays, les Etats-Unis, relate et souhaite faire connaître une expérience extraordinaire qu'il a vécue personnellement: un matin où ses domestiques avaient oublié de fermer ses tentures, il s'est réveillé à six heures et a constaté que le soleil se levait tout juste et qu'il faisait déjà jour, avec une clarté suffisante pour ne pas avoir besoin d'éclairage artificiel. Il veut informer ses concitoyens, qui, selon lui, se lèvent tous à midi sans savoir qu'il fait clair depuis longtemps, et sont contraints de passer de longues soirées à s'éclairer à la bougie, ce qui coûte très cher et enfume l'atmosphère des appartements.

 

Benjamin Franklin ne suggère aucunement dans ce texte de décaler les horloges, mais bien de faire sonner toutes les cloches de toutes les églises dès que le soleil se lève, et, si ce n'était pas suffisant, tirer au canon dans chaque rue, pour réveiller les paresseux, et "leur faire ouvrir les yeux pour voir leur intérêt véritable". Ce traitement de choc ne serait nécessaire pour lui que durant les premiers deux ou trois jours, après lesquels "la réformation sera aussi naturelle et facile que l'actuelle irrégularité". L'objectif étant de faire des économies de... chandelles qu'il chiffre d'ailleurs dans sa note.

 

Référendum sur l'heure: une troisième option...

 

La Commission européenne ayant annoncé fin août 2018 qu'elle souhaitait supprimer le changement d'heure biannuel, le choix entre l'heure d'été et l'heure d'hiver revient à chaque pays. Le premier ministre belge Charles Michel a annoncé une consultation populaire et une coordination avec les autres pays du Bénélux.

 

... l'heure véritable, ni d'été ni d'hiver

 

De grâce, profitons-en pour ajouter une troisième option à l'alternative: le retour à l'heure véritable, l'heure de notre fuseau horaire, celle de notre méridien dit de Greenwich, soit une heure de moins que l'heure d'hiver.

Ainsi il sera midi à Midi toute l'année, l'intuition, les pendules et les cadrans solaires correspondront à nouveau.

 

Ce n'est pas aussi anecdotique que certains le prétendent : ce décalage artificiel par rapport à la réalité de la trajectoire du soleil dans le ciel crée un malaise du même ordre que la négation de la nature dans la vie des pays dits développés. La plupart d'entre nous passent une grande partie de leur temps enfermés dans des bureaux avec un éclairage électrique, ou coincés dans des moyens de transport souterrains. Bourrés de vitamines pour compenser le manque de soleil, ils se ruent dès qu'ils le peuvent pour aller saccager par leur masse des lieux touristiques à la nature momentanément sauvegardée, parce que les vacances, c'est ce qui leur permet de tenir dans des environnements de travail délétères.

 

L'acceptation de cette vie par bien des côtés absurde nécessite un dressage dès l'enfance à rester assis sur une chaise sans bouger pendant des heures à l'école. Après ce traitement, on déplore que le mal de dos soit un des maux du siècle, avec l'obésité…

 

Occasion historique de remettre les pendules à l'heure

 

Monsieur le Premier ministre, s'il-vous-plaît, rendez-nous l'heure naturelle de notre planète et de nos ancêtres, arrêtez le petit jeu avec le faux temps, vous avez une occasion historique de remettre les pendules à l'heure, l'heure vraie, celle que nous indique le soleil dans nos régions.

En ce qui concerne les citoyens qui préfèrent l'heure d'été à l'heure d'hiver, c'est notamment à cause du désagrément ou de la tristesse de voir, lors du changement d'heure de fin octobre, les jours qui raccourcissaient lentement amputés brutalement d'une heure, alors que leurs horaires eux sont fixes. Ils rejettent donc logiquement l'heure d'hiver…

 

Mais ne serait-il pas temps de s'interroger également sur nos horaires uniformisés, un formatage qui nous force à nous lancer sur les routes ou dans les transports en commun tous ensemble, lorsqu'il fait encore ou déjà nuit en hiver, et par tous les temps ? Des horaires coupés de la nature, qui nous empêchent de prendre soin de notre santé et de nos familles, pour satisfaire une organisation quasi militaire de la société? Est-ce compatible avec le libéralisme?

 

Le fait que notre société préfère vivre en décalage par rapport à la réalité du mouvement de l'astre solaire est caractéristique d'une civilisation autiste par rapport à la réalité de la nature. Comme s'il était plus facile d'imposer un décalage d'heure à notre soleil que de modifier des horaires sociaux et des habitudes humaines...

 

 

 

Catherine VAN NYPELSEER

     
 

Biblio, sources...

(*) Benjamin Franklin's essay on daylight saving, "Letter to the Editor of the Journal of Paris",http://www.webexhibits.org/daylightsaving/franklin3.html

 
     

     
 
Société

IL EST MIDI À 14 HEURES!
L'INTELLIGENCE DES EXPERIMENTATEURS
BINÔME HUMAIN-ANIMAL L’animal mon ami asbl
Au Diable, les smartphones ?
Le Philosophe, berger de la démocratie
« Êtes-vous pollués par l’extrême droite ? » analyse d’une manipulation idéologique
La politique des bidules en Région bruxelloise et l’absence de vision des politiques
LA MOBILITÉ à BRUXELLES
90 millions d’Américains sont pauvres
LES PÈRES ÉLIMINÉS
Notre alimentation industrielle
Nutrition, prix bas et maladies de civilisation
Circulation
Disparitions
DICTATUREDU DROIT … de nouvelles formes d’oppression?
Les Bons Comptes de Noël
Billet F’Humeur
FRANCE NOIRE
NOS AMIS LES ANIMAUX
Drogues: au-delà de la prévention, la réduction des risques
Sociologie du suicide
Citrouilles
Elitisme
Droit et avocats
Ixelles, place Flagey
LA RESPONSABILITE MEDICALE
COHABITERONS NOUS LEGALEMENT?
ASBL ET SOCIETES VONT-ELLES S'AMENDER?
THE RON HUBBARD COMPANY
EDITO
L'ESTOMPEMENT DE L'ETAT DE DROIT
VEUILLEZ CACHER CE CORPS QUE JE NE SAURAIS VOIR
Skwatalamoutou
SQUATT STORY
Brèves
L'INCINERATION, UN CONCEPT DEPASSE?
Sans jardin fixe, Dormir dehors
Touche pas à mon zinc
Otes toi de mon pavé
 
   


haut de page

Banc Public - Mensuel indépendant - Politique-Société-environnement - etc...
137 Av. du Pont de Luttre 1190 Bruxelles - Editeur Responsable: Catherine Van Nypelseer

Home Page - Banc Public? - Articles - Dossiers - Maximes - Liens - Contact