Pillage généralisé au Congo

Banc Public n° 270 , Octobre 2018 , Frank FURET



Un génocide est en cours en RDC (République démocratique du Congo) : plus de 6 millions de personnes (dont pour la moitié des enfants de moins de 5 ans!) ont été massacrées dans l’indifférence générale.

 

 Des centaines de milliers de femmes et de filles ont été violées et mutilées par les armées d’occupation. Le Congo (la RDC) est en proie à des violences quotidiennes : viols, mutilations et meurtres perpétrés par les armées d’occupation. Les déplacements de population et les viols contribuent à l’accroissement du SIDA, qui atteint déjà 20% de la population dans les provinces de l’Est.

La raison de ce conflit est simple: les richesses minières du pays qui recèle un vrai trésor et dont les pays voisins tentent par tous les moyens de s’emparer.

Ce sont les rebelles rwandais qui ont envahi le territoire congolais pour y mener une guérilla contre la population avec le soutien de l’Ouganda et du Burundi.

Et si l’Occident joue à la politique de l’autruche face au génocide du peuple congolais, c’est que ses intérêts dans la région sont loin d’être négligeables.

 

En plein centre de l’Afrique, le Congo est un pays riche, rempli de matières premières (diamants, or, étain, gaz, pétrole, uranium, coltan…), de forêts, d’eau. A la suite du génocide au Rwanda, les pays voisins ont de plus profité du flou politique et institutionnel au Congo (limitrophe du Rwanda) pour attaquer de toutes parts le pays et ses ressources.

 

Les nombreuses richesses naturelles en RDC sont vitales pour les économies occidentales, notamment pour les secteurs automobile, aéronautique, spatial, les hautes technologies et l’électronique, la joaillerie… Le coltan surtout (le Congo détient au moins 60% des ressources mondiales) est essentiel dans la fabrication des composants électroniques que l’on retrouve dans les téléviseurs, les ordinateurs, les smartphones (ordiphones) mais aussi certaines armes comme les missiles. L’étain se retrouve dans toutes les marchandises de l’industrie numérique; le Congo en produit 10 %, et détiendrait 30 % des réserves mondiales.

La RDC subit aussi des déforestations massives, les principaux importateurs de bois congolais étant les Etats-Unis, l’Europe et la Chine.

 

Le commerce des minerais s’opère dans l’illégalité la plus totale, selon des pratiques mafieuses et des comportements criminels banalisés. La majorité - tant nationale qu’internationale - des lois et des juridictions sont bafouées: droit du travail, législations sociales et normes environnementales ne sont pas respectées. Une fois les territoires contrôlés par les seigneurs de guerre, ceux-ci font travailler toute la population, hommes, femmes et enfants. Les conditions de travail sont ignobles, dénoncées par des ONG comme Amnesty International ou Human Rights Watch, qui n’hésitent pas à parler d’esclavage moderne. Dans les mines congolaises, des enfants travaillent comme des forçats, jour et nuit, jusqu’à parfois mourir dans ce que plusieurs journalistes appellent les «mines de la mort» ou les «mines de la honte», ensevelis par des éboulements. D’autres meurent des maladies liées à la pénurie d’eau potable et à la promiscuité (choléra, diarrhée). Avec l’expropriation des terres, ou pendant, ont lieu d’effroyables et nombreux massacres, pour chasser les populations autochtones qui habitent sur leurs terres riches en minerais, 20 ans après le début des conflits. La liste des massacres est longue, souvent sans jugement ni condamnation des coupables, c’est-à-dire en toute impunité.

 

 

 

 

 

 

Frank FURET

     
 

Biblio, sources...

"Déjà 6 millions de morts au Congo, un horrible génocide passé sous silence", 16 Alnas, novembre 2016

"Le Congo (RDC) : un génocide au XXIe siècle ? D’un massacre de masse déterminé par l’industrie numérique", Fabien Lebrun, www.contretemps.eu, 20/11/2017

"Congo : comment 6 millions de morts peuvent-ils être placés sous silence médiatique ?", Les Crises.fr, 2015

 
     

     
 
International

La Syrie et l’axe des «droits-de-l’hommistes»
Pillage généralisé au Congo
Sans l’anglais, svp !
Trumperie sur la marchandise
Etats-Unis : les limites de Bernie Sanders
LES SITES DE RESEAUX SOCIAUX, LEURS CONDITIONS ET LA VIE PRIVÉE
ETUDIER LE TERRORISME
Optimisme
Doubles jeux
UNE AUTRE CULTURE ARABE
COMPRENDRE LE TERRORISME
FMI, inégalités et croissance
Démographie aux Etats-Unis
SANS MA FILLE
LUTTE DES PLACES
Michel Rocard et les crises de l'Occident
Ukraine
La chanson des Pussy Riot
Florence Cassez, innocente
L'Inde nouvelle s'impatiente
Pétrole, Europe et Etat islamique
L’INDE DEVANT SON AVENIR
Ukraine : les gentils Européens à la rescousse...
L’HISTOIRE RECENTE DE L’UKRAINE
LA DECONFITURE DU PARTI QUEBECOIS
Syrie : principes élémentaires de la propagande de guerre
Egypte
Bizarre, bizarre...
TUNISIE  de l'apolitisme au politisme ou de l'enthousiasme à la violence
Mort étrange
CAP CARTHAGE: Un pays sous perfusion
Quand identité et honnêteté s'étiolent
Sabres et goupillons, un peu d'histoire
QUEL FUTUR POUR DJERBA ?
QUEL FUTUR POUR DJERBA ?(II)
Les banquiers sont sympas…
L’Equateur et sa dette
Profil gauche
LE MONDE A GOUVERNER
AMENAGEMENT DU TERRITOIRE : « le pire des scandales de Ben Ali »
MENACE SUR L’ETAT DE DROIT
TUNISIE (3e partie): L’IMPOPULARITE DE BEN ALI
TUNISIE (2e partie): AUX SOURCES DE LA COLERE
JASMINS DE LA MONDIALISATION
Communication et festivités d'entreprise en Chine….
ISRAEL PALESTINE: Aux sources de la paix… la révolution laïque
Move your money
Energie et économie
Les Indiens d’Amérique latine
Par ici, les terres agricoles...
Etat du monde
Palestine
Pays des ïles
Le siècle de l’Inde ?
Benazir Bhutto, l’exceptionnelle * (2)
Benazir Bhutto , l’exceptionnelle * (1)
Le monde dans tous ses états: DJERBA: LES DERNIERS REMPARTS DE l’ILE
SOUDAN: «L’isolement salvateur»
Devinette Libanaise, acte 2: Le temps des doutes
Lula
Gestion politico-administrative d'un village chez les luba-lulua au Kasaï
Rafic Hariri: A qui profite le crime ?
La Honte
Stratégie mondiale
Edito février 2004
En français dans le Monde
DEMOCRATIE PARTICIPATIVE A PORTO ALEGRE
Relativité de l'économie
La cour pénale internationale
La loi de compétence universelle
ONU SOIT QUI MAL Y PENSE
OCALAN
FLIPPER PLANETAIRE
SHAKE HAND
Brèves
MEXIQUE, LA STRATEGIE DE LA TENSION
 
   


haut de page

Banc Public - Mensuel indépendant - Politique-Société-environnement - etc...
137 Av. du Pont de Luttre 1190 Bruxelles - Editeur Responsable: Catherine Van Nypelseer

Home Page - Banc Public? - Articles - Dossiers - Maximes - Liens - Contact