La post-vérité est-elle en marche ? (11) Impostures scientifiques

Banc Public n° 267 , Avril 2018 , Frank FURET



Un acte de fraude scientifique est une action destinée à tromper dans le champ de la recherche scientifique et, de ce fait, doit être distingué de l'erreur scientifique. Il constitue une violation de la déontologie de la recherche et de l'éthique professionnelle en vigueur à l'intérieur de la communauté scientifique. On distingue trois formes principales de fraude scientifique: la falsification des données, la fabrication des données et le plagiat. À ces formes de fraude s'ajoutent d’autres comportements, comme le non-respect de règles éthiques, la non-déclaration d'éventuels conflits d'intérêts, etc.

 

La fraude scientifique n'est pas marginale et l'une de ses manifestations, le retrait d'articles après acceptation dans des revues, est en forte augmentation ; le nombre de demande de retraits dans les journaux anglo-saxons de médecine aurait augmenté de 44% entre 2001 et 2010 selon l'éditeur en chef de «the International Journal of Radiation Oncology». 

Des études récentes montrent que cette accélération de la fraude scientifique est la conséquence directe de la recherche de compétitivité. La valeur individuelle d'un chercheur est en effet mesurée par le nombre de publications, ou des indices numériques, et la tentation de manipuler ces indices numériques en cherchant à publier toujours plus par n'importe quel moyen est grande. Étant donné ses implications potentielles, la lutte contre la fraude revêt une grande importance pour la communauté scientifique et les instances politiques.

 

Le cas Lyssenko

 

1928, en URSS, Trofim Lyssenko affirme avoir développé une technique agricole, appelée «vernalisation», qui triplerait ou quadruplerait le rendement agricole du blé en exposant les semences de ce dernier à une forte humidité et à une faible température. Dans les années 1930, l'agriculture en URSS est en crise à la suite des réquisitions massives, des mauvaises conditions météorologiques, de la collectivisation forcée, des famines qui en découlent et du passage brutal d'une économie agricole de subsistance à une agriculture en kolkhozes visant à approvisionner en priorité les grandes villes et surtout les combinats géants d'industrie lourde. Souffrant de disette chronique, les Soviétiques cherchent désespérément une solution au manque de nourriture, car en réalité la «vernalisation» de Lyssenko ne permet, au mieux, qu'une augmentation marginale ou sporadique des rendements agricoles. Magnifiée par la propagande soviétique, elle fait cependant de Trofim Lyssenko une personnalité majeure de l'agriculture soviétique: il est présenté comme un paysan génial ayant inventé une technique agricole révolutionnaire.

 

Propagandiste volubile du régime soviétique et du marxisme-léninisme, Lyssenko grimpe les échelons du Parti communiste de l'Union soviétique, rompant avec le scepticisme rationnel et avec la méthode expérimentale, dénoncés comme «contre-révolutionnaires». En fait, Lyssenko a truqué ses résultats pour étayer sa théorie de la transmission héréditaire des caractères acquis; «L’argument essentiel (le seul en définitive), inlassablement repris par Lyssenko et ses partisans, contre la génétique classique, était ‘son incompatibilité avec le matérialisme dialectique’. Là était le véritable débat, le fond du problème, et sur ce terrain, choisi par Lyssenko mais qu’ils ne pouvaient éviter, les généticiens russes étaient évidemment battus d’avance. Car il est entièrement vrai que la base fondamentale de la génétique classique, la théorie du gène, invariant au travers des générations et même des hybridations, est incompatible avec la lettre de la dialectique de la nature selon Engels. » Lyssenko est ponctuellement remis en cause dans les années 1950 après la mort de Staline et il est définitivement limogé en 1965 après la chute de son dernier protecteur, Nikita Khrouchtchev. La génétique classique a alors triomphé et l’URSS est réintégrée dans ce secteur de la recherche scientifique à l’échelle internationale.

 

Quelques autres exemples

 

- Entre 1908 et 1912, dans un petit village nommé Piltdown à 60 km au sud de Lon­dres, le paléontologue amateur Charles Dawson met au jour des ossements qui vont être déterminants pour la vision de l'origi­ne de l'hom­­me élaborée par les pa­léoan­thro­­po­lo­gues. Le crâne de l’homme de Piltdown, représentant à une époque le chaînon manquant entre les singes et les hominidés, était en fait une mâchoire de singe associée à un crâne humain.

 

- Le physicien Jan Hendrik Schön, alors aux Laboratoires Bell, a publié de nombreux articles sur les nanotechnologies et notamment sur la supraconductivité des molécules de carbone sphériques jusqu'à ce que, en mai 2002, ses travaux fussent contestés et ses résultats dénoncés comme frauduleux.

 

- Le dermatologue William Summerlin, chercheur en immunologie, prétendit pouvoir réaliser des transplantations d'organes entre des souris d'espèces distinctes. En 1974, un scandale éclata lorsqu'il apparut qu'il avait utilisé des souris portant des taches noires réalisées à l'aide d'un marqueur.

 

- Confondu le 5 novembre 2000 par le quotidien Mainichi Shinbun, l'archéologue japonais Shinichi Fujimura a été reconnu comme fraudeur pour avoir enfoui lui-même 61 des 65 vestiges "découverts" à Kamitakamori au nord de Tokyo qui provenaient de sa collection personnelle et 29 outils sur le site de Soshin Fudozaka (préfecture de Hokkaido). Cette fraude remet en question les travaux effectués par l'archéologue sur plus de 180 fouilles autant au niveau national qu'international comme le déclara Paul Bahn en 2001.

 

- En 2012, le biologiste sud-coréen Moon Hyung-in est accusé d'avoir publié un certain nombre d'articles dans des journaux scientifiques à comité de lecture en en rédigeant lui-même les critiques; 35 de ses publications seront retirées.

 

- L’année 2005 a plongé la communauté scientifique dans l’embarras. Un scientifique sud-coréen, ayant affirmé avoir réussi à cloner un être humain, a été contraint d’avouer avoir falsifié ses résultats. Cet événement place la communauté scientifique devant une dure réalité: les cas de fraude et les rétractations sont de plus en plus courants. Les travaux du docteur Hwang Woo-suk avaient été salués comme une avancée majeure dans le domaine du clonage.

- En 2002, le chercheur James Xu était entré dans un laboratoire albertain au Canada en pleine nuit pour ajouter une substance dans les éprouvettes, afin que les expériences de son équipe semblent concluantes.

 

- À Toronto, Sophie Jamal a berné une très prestigieuse revue médicale. L'endocrinologue avait altéré sa base de données pour faire croire que le fait d'appliquer un onguent avait fait augmenter la densité osseuse de ses patientes à risque d'ostéoporose. Elle a donc perdu son emploi l'an dernier, et perdu à jamais le droit de demander des subventions fédérales.

 

- En 2013, les Américains ont révélé qu'un pathologiste prometteur de l'Université Western Ontario (Hao Wang) avait faussement rapporté avoir réussi une greffe de rein sur deux singes.

 

- La même année, l'Université McGill a obtenu gain de cause contre l'un de ses chercheurs les plus connus et les plus subventionnés, Avi Chaudhuri. Le professeur de psychologie avait menti au sujet de 14 voyages en Inde, prétendant s'y rendre pour faire ses recherches, alors qu'il y faisait plutôt rouler une entreprise lui appartenant. Il a été congédié.

 

De leur propre aveu, plusieurs scientifiques ne se font jamais prendre. Environ 2% des chercheurs sondés lors d'enquêtes scientifiques admettent avoir déjà falsifié ou fabriqué des données. Et 9% avouent avoir déjà adopté d'autres pratiques discutables.

 

Les scientifiques détestent parler de ces dérives en public, par crainte que la population n'oublie que 90% d'entre eux sont rigoureux et honnêtes, et ne condamne injustement la science dans son ensemble.

 

Impact des fraudes

 

«Le manque d'intégrité, c'est hyper dangereux; les décideurs se basent sur des données scientifiques de toutes sortes dans leur travail», prévient le professeur Williams-Jones.

En santé, il suffit d'un seul délinquant pour causer «d'immenses dégâts», car des millions de médecins se fient aux études pour traiter leurs patients, précise le Dr Hébert, et «la recherche clinique frauduleuse ou mal menée peut tuer».

Des chercheurs ont accusé deux scientifiques européens d'avoir eu ce genre d'influence mortelle. Le premier (l'anesthésiste Joachim Boldt) prônait l'emploi d'un soluté controversé pour réanimer les patients en insuffisance circulatoire. Le second (le cardiologue Don Poldermans), celui de bêtabloquants lors d'opérations à haut risque. Ces deux pratiques tuaient probablement beaucoup plus de gens qu'elles n'en sauvaient, a-t-on compris trop tard - après avoir découvert, il y a quelques années, que chacun des deux hommes avait publié des données fictives ayant brouillé les cartes.

 

Des jeunes sont également morts après avoir attrapé la rougeole, parce que leurs parents avaient lu que les faire vacciner risquait de les rendre autistes. Dans sa pseudo-étude portant sur 12 enfants, l'ex-médecin britannique Andrew Wafefield avait pourtant déformé le contenu de chaque dossier médical, sans exception. Et caché le fait qu'un avocat lui avait versé plus de 700.000$ après lui avoir commandé l'étude afin de justifier le dépôt de poursuites judiciaires contre les fabricants de vaccins.

 

Des millions gaspillés

 

Chaque année, les scientifiques malhonnêtes privent la société de millions de dollars. «En fraudant, tu gaspilles tes propres fonds de recherche et tu amènes plein d'autres scientifiques à suivre de fausses pistes avec les leurs. Ça mobilise des ressources rares en pure perte, alors qu'elles auraient pu permettre de vrais progrès».

 

Motivations des fraudes

 

Qu'est-ce qui pousse des scientifiques - censés chercher la vérité - à frauder ?

 

- La compétition féroce; sans fonds, un chercheur ne peut ni faire rouler son labo, ni publier, ni être promu. «Et comme les athlètes qui se dopent, certains pensent qu'ils ne peuvent pas réussir sans tricher», analyse l'éthicien Bryn Williams-Jones, de l'Université de Montréal.

«Trop de structures encouragent les comportements nocifs. Des taux de réussite de 12 % lors des demandes de subvention, ça crée une compétition hallucinante, qui favorise les manquements».

 

- La vanité, le besoin de pouvoir, d'admiration, l’arrogance... Dans les sphères hautement compétitives, ces traits narcissiques sont fréquents.

 

- L'obsession des résultats. «Il vaut mieux publier des résultats positifs pour [sa] carrière. C'est de ça qu'il s'agit: gravir les échelons». Le lanceur d'alerte Peter Wilmshurst a raconté à l’hebdomadaire Der Spiegel que ses confrères peu scrupuleux prenaient quelques libertés pour obtenir des résultats plus frappants, afin de publier plus facilement dans des journaux mieux cotés et d'être plus cités. C'est bien plus répandu que la fraude».

 

- L'argent : selon l'éthicien Bryn Williams-Jones, l'appât du gain a vraisemblablement motivé plusieurs fraudes scientifiques. Au Canada, Ranjit Chandra a inventé ses travaux au sujet de vitamines de sa fabrication, censées repousser la démence. D'après la preuve déposée lors de sa poursuite en diffamation contre CBC, il espérait réaliser des ventes de 125 millions.

 

Déluge d'études discréditées

 

Les efforts pour endiguer la fraude ont entraîné le retrait de milliers d'études discréditées. En 2016, 972 articles erronés ou frauduleux ont été rétractés après publication. «En 2000, 30 fois moins d'études avaient connu le même sort», indique en entrevue le journaliste scientifique Ivan Oransky.

 

Depuis 2010, son site RetractionWatch fait la lumière sur ces événements en insistant sur les cas de fraude et de plagiat, qui sont trois fois plus nombreux que les cas d'erreurs et semblent augmenter.

 

À lui seul, l'anesthésiste japonais Yoshitaka Fujii a vu 183 de ses études être rétractées : un record. Le rapport d'enquête qui le concerne conclut qu'il fonctionnait «comme s'il rédigeait un roman».


Frank FURET

     
 

Biblio, sources...

«Falsification, fabrication and plagiarism — the unholy trinity of scientific writing»http://archive.wikiwix.com, Tom Reller, août 2013

 

«Clonage humain: la fraude irréparable du Pr Hwang», Martine Perez, Le Figaro, 15 octobre 2007

 

«La communauté scientifique aux prises avec ses tricheurs», Antoine Casgrain, ababord.org, n°14, avril-mai 2006

 

«Fraude scientifique», wikipedia

 

«Les 6 cas les plus scandaleux de fraude scientifique», Cécile Bonneau, Science et Vie, 11 mars 2017 

 

«Les tricheurs de la science»Marie-Claude Malboeuf, lapresse.ca, 12 septembre 2017

 

«Fraude scientifiques: des secrets universitaires bien gardés», Marie-Claude Malboeuf, lapresse.ca, 13 septembre 2017

 
     

     
 
Médias

La post-vérité est-elle en marche ? (11) Impostures scientifiques
La post-vérité est-elle en marche ? (10) Quelques impostures intellectuelles
La post-vérité est-elle en marche ? (9) Idéologie, sciences sociales et débats
La post-vérité est-elle en marche ? (8) Théâtre intellectuel
La post-vérité est-elle en marche? (7) Politiquement correct
La post-vérité est-elle en marche? (6) Novlangue
La post-vérité est-elle en marche? (5) Populisme, populace, etc
La post-vérité est-elle en marche? (4) Les éditocrates
La post-vérité est-elle en marche? (3) Médias-citoyens: une confiance écornée?
La post-vérité est-elle en marche? (2) Information et/ou communication?
La post-vérité est-elle en marche?
Renards à la garde du poulailler, suite….
Télévision et cerveau
L'indépendance floue de Reporters Sans Frontières
Les réseaux de l’information en Belgique
Au commandes de la presse...
A propos de la forêt derrière l'arbre...
La guerre des ondes
CA PRESSE?
L'ACTUALITE DU MOIS
REVEIL BRUTAL
Brèves
Presse, levez-vous , droit de réponse à l'émission "au nom de la loi",
 
   


haut de page

Banc Public - Mensuel indépendant - Politique-Société-environnement - etc...
137 Av. du Pont de Luttre 1190 Bruxelles - Editeur Responsable: Catherine Van Nypelseer

Home Page - Banc Public? - Articles - Dossiers - Maximes - Liens - Contact